J+7...

Publié le par Pierre Bourliaud

Ca y est les sélections olympiques sont bel et bien terminées. Elles sont terminées depuis maintenant une semaine mais pour ma part l'espoir olympique s'est envolé dès la seconde journée de course. Dans mon dernier article, je vous parlais d'une bataille pour obtenir le grâle olympique. Cette bataille a bien eu lieu et ce jusqu'au dernier jour de course. Mais je n'ai pas eu la chance d'y participer car par 2 fois je me suis arrêté au stade des demi-finales. Je vais essayer de vous faire un petit retour sur ces 3 journées de course. 

La première manche des sélections est synonyme d'entrée dans la compétition, permet de se jauger face à la concurrence et correspond à un réel état des lieux des forces en présence. Pour ma part, elle a été synonyme de Jocker car en terminant 9ème, je suis resté aux portes de la finale. Tout avait pourtant bien commencé, avec un très bon état de forme, un parcours que j'appréciais beaucoup et de bonnes conditions de course. Mon bon état de forme s'est traduit par de très bons chronos intermédiaires et de bonnes sensations lors de ma manche. Mais, ce sont 4 secondes de pénalités et une très grosse erreur en fin de parcours qui m'ont reléguées à quelques dixièmes de seconde de la finale. J'ai donc vécu cette finale depuis le bord en essayant de prendre des repères sur la concurrence afin de mieux courir le lendemain. 

Le parcours de la seconde course semblait moins bien me convenir car beaucoup de figures étaient n'étaient pas dans le sens des mouvements d'eau. Cela nécessitait de nombreuses manoeuvres, qui ne correspondaient pas forcément à mon grand gabarit. Mais cela n'était pas une raison pour baisser les armes et j'avais à coeur d'enfin rentrer dans ces sélections, en passant le cap des demi-finales. A l'arrivée de ma manche, je pensais qu'enfin j'avais accroché mon ticket pour la finale, mais c'était sans compter sur un jugement auquel je ne m'attendais pas dans les premières portes du parcours. J'ai été sanctionné de 50 secondes de pénalités dès la porte 3 sur une "esquive" qui me paraissait correcte. Mais les juges en ont décidé autrement et la vidéo n'a pas pu ni infirmer, ni confirmer la pénalité mais montre que le passage est très tendu. Je n'avais pas prévu de passer si près de cette porte et je connaissais les riques d'un tel passage. Je ne remets donc pas en cause le jugement global de ces sélections, car il est très rare de voir des courses si bien jugées! Le rêve olympique s'est donc arrêté dès le 2ème jour de course et j'ai vécu une seconde finale depuis le bord. Encore une fois, les chronos sectoriels étaient encourageants et la navigation était bonne. 

C'est très remonté et toujours motivé que j'ai abordé le dernier jour de course. Je voulais me prouver que j'avais le niveau de particper à la bataille pour les JO malgré 2 premiers jours de course très décevants. Après une première manche correcte, j'ai enfin obtenu mon ticket pour la finale. Mon objectif était alors de gagner cette dernière manche des piges. Après un excellent départ j'ai commis de grosses erreurs en fin de parcours et j'ai finalement accroché la 4ème place à une 1,5 secondes de la gagne. Mais je reste satisfait de cette dernière descente pendant laquelle j'ai pris beaucoup de plaisir à naviguer et qui montre que j'étais bien au contact des adversaires. Je tiens à féliciter Etienne Daille pour la très belle navigation qu'il a réussi à produire tout au long des sélections.

Pour ce qui est la suite, la saison ne s'arrête pas là et j'espère pouvoir prendre le départ d'un maximum de courses internationales et nationales. 

Les vidéos des sélections arriveront bientôt. Mais pour l'instant la priorité est mise sur le rattrapage de plusieurs mois d'absence à l'école de kinésithérapie. 

A bientôt, 

Pierre. 

 

 

Commenter cet article